Notre démarche basée sur les réflexes archaïques

Il est des comportements que l'on observe chez l'enfant, l'adulte sans pouvoir les expliquer. Au fil des mois, des troubles apparaissent et viennent ralentir les apprentissages, les interactions sociales et le fonctionnement corporel.

Malgré leurs efforts, ils ne parviennent pas à dépasser ces difficultés entraînant peu à peu une perte de confiance en soi, un sentiment de mal être, de ne jamais être à la bonne place et une tendance à se sous-estimer.

Nous avons tous en tête ce petit garçon casse-cou qui grimpe de partout et qui nous fait trembler à chaque fois qu’il se lâche ou cette petite fille qui n’ose à peine adresser la parole par peur qu’elle ne se mette à pleurer, sans compter nos enfants avec qui on passe des heures entières à faire les devoirs mais ça ne rentre jamais … ou ça finit par rentrer mais c’est oublié au bout de 3  jours … comme avec les tables de multiplication par exemple. Vous les connaissez sur le bout des doigts, c’est super, nous sommes fières de vous … mais ce n’est toujours pas le cas de votre  fille qui rentre en 6ème cette année..; et ce même verre d’eau qui est renversé chaque soir à table.. oui oui on le connaît, on espère y échapper .. et puis non ! Nous compatissons !! 

Très souvent, toutes ces difficultés sont le signe d’une immaturité du système nerveux expliquée par la présence prolongée de nombreux réflexes archaïques.

“ Et si la solution était à chercher dans la prime enfance ? ”

Les réflexes sont des mouvements innés, spontanés et stéréotypés qui interviennent de manière  involontaire suite à une stimulation sensorielle. Ils sont les premiers schémas moteurs inscrits dans notre cerveau. Nous naissons avec eux (17 d’entre eux entrent en action au moment de la naissance) et ont pour but d'assurer la protection et la survie de bébé, et aident à  la maturation du système nerveux. 

À la naissance, ils sont testés afin d’évaluer le bon fonctionnement du système nerveux central et le tonus musculaire du bébé. Ils sont au nombre de 70 environs. 

Ils ont un programme spécifique permettant l’acquisition de certaines compétences, c’est  pourquoi, ils apparaissent dans un ordre chronologique précis.

Ils suivent un cycle en 3 étapes :

  1. l'émergence où le "programme s'active" 
  2. la maturation pendant laquelle le mouvement réflexe est déclenché et répété jusqu’à  l’acquisition de la compétence en lien
  3. l’intégration où le mouvement devient volontaire et précis

Comme évoqué précédemment, les réflexes sont des mouvements involontaires (non  commandés par le cortex), ils sont imprécis et désorganisés. Bien qu’ils soient essentiels à la survie de bébé et à son développement neurologique, leur présence tardive est aussi le signe  d’une immaturité des acquisitions de base pouvant entraver les bons apprentissages de votre enfant. En cas de réflexes résiduels, nous mettons par défaut des schémas de compensation qui sont coûteux en énergie et nécessitent beaucoup d’efforts pour des résultats souvent décevants. 

Pourquoi doivent-ils s'intégrer ?

Pourquoi ne s'intègrent-ils pas ?

Parfois, lorsque maman est restée alitée une partie de sa grossesse, elle n’a pas pu bouger et bercer son bébé. Une grossesse stressante  aussi, peut avoir des répercussions sur la sécurité intérieure de bébé par exemple, un accouchement long et difficile, une naissance par césarienne ou par extraction instrumentale entraînera la non intégration ou le non développement de certains réflexes. Les situations de stress sont le plus souvent à l'origine de la non intégration des réflexes archaïques qui interfèrent sur le comportement et bloquent l'enfant dans l'expression des  grandes étapes étapes de développement telles que 

 le retournement, le ramper, le 4 pattes, la station assise seul pour se mettre debout et marcher. Ces étapes sont essentielles et cruciales aux bons développements moteur et neurologique. Il est très important de laisser bébé se mouvoir seul et sans assistance ! 

Vous pouvez observer des troubles dans les 3 sphères suivantes :

Corporelle :  

Un manque de coordination, d’équilibre, un problème de posture, des difficultés à nouer ses  lacets, à attraper une balle, à courir, des entorses à répétition, de l’énurésie, de l’agitation ... 

Émotionnelle

Des difficultés à communiquer avec les autres enfants, à trouver sa place, le besoin de rester coller à ses parents, beaucoup de timidité, le manque de confiance en soi, le contrôle permanent, de l’insécurité intérieure ...

Cognitive

Des difficultés à se concentrer, à lire, à écrire, un manque d’organisation, des troubles de la  mémoire, de raisonnement, un manque d’inhibition, des troubles DYS, des difficultés dans les apprentissages scolaires ...




Comment observer leur présence ?

Que pouvons-nous faire ?

En premier lieu, nous vous conseillons de prendre contact avec une praticienne certifiée qui vous proposera d'établir un bilan des réflexes archaïques, d'évaluer les difficultés d'apprentissages et de fixer les objectifs de consultation.

Ensuite, votre praticienne vous proposera une prise en charge personnalisée en cabinet. En  fonction de l’enfant, en général, il faut compter entre 5 et 10 séances de 45 minutes espacées de 2 à 4 semaines. 

Enfin, entre chaque séance, votre enfant devra effectuer 3 à 5 minutes de mouvements quotidiens à la maison. 

Pour que ce soit plus motivant pour lui et surtout plus efficace, nous recommandons aux parents et autres membres de la fratrie d’effectuer les mouvements aussi.




© 2022 L'Atelier des Apprentissages