La méthodes des réflexes archaïques

 

septembre 2022

réflexes archaïques / apprentissage / enfant & ado

 

LES REFLEXES ARCHAIQUES

Colère, hyperactivité ... et si on tentait la méthode des réflexes archaïques ?

Article de Magic Maman - Auteur : Stéphanie Tortorici - Date : 01/08/2022

 

Lisa a la bougeotte, Noah a du mal entre sa droite et sa gauche, Lucas est colérique… Et si la clé était à chercher dans des blocages formés dans la prime enfance ? C’est le principe de la méthode des réflexes archaïques, décryptée avec Florence Giorgio, cofondatrice de L’Atelier des apprentissages.

 

Les réflexes archaïques, qu’est-ce que c’est ?

 

On a tous en tête la vision d’un nouveau-né en marche automatique, un bébé qui serre très fort le doigt mis dans sa main, ou qui écarte ses bras en croix lorsqu’un bruit intense se produit. Ce sont quelques-uns des réflexes archaïques qui témoignent du bon développement du système nerveux et d'un tonus musculaire satisfaisant à la naissance. Pour autant, on dénombre près de 70 de ces mouvements automatiques réflexes (dits archaïques ou primitifs) qui, dans un monde idéal, doivent s’intégrer, puis « disparaître », lors des premières années de vie (autour de 3 ans). Et si ce n’est pas le cas, quel est le risque ? Celui de développer des dysfonctionnements corporels, émotionnels et cognitifs qui perdurent à l’âge adulte, on parle alors de réflexes persistants ou résiduels. « Les réflexes archaïques sont les 'programmes innés' que le bébé a dans son cerveau à la naissance, et même in utero. Ils sont nécessaires à la maturation du système nerveux central, explique Florence Giorgio. Grâce à ses réflexes, l’enfant va pouvoir sortir du ventre de sa maman, téter, puis ramper, se retourner, s’assoir, se retourner, etc. pour arriver à la position debout. » Ainsi, rien qu’à la naissance, pour passer dans le canal utérin, sortir, respirer pour la première fois… le nourrisson en activerait 17 !

 

Quelle est l'importance des réflexes archaïques ?

 

Les neurosciences ont trouvé des liens entre les réflexes archaïques persistants, résiduels, et des troubles moteurs, de posturologie, émotionnels et cognitifs, car c’est notamment ce même réseau qui est utilisé pour les apprentissages. Tout au long de la vie, nous passons par des périodes sensibles : la grossesse, la naissance et la première année de vie de bébé sont particulièrement importantes. « Quand un enfant né par extraction instrumentale ou par césarienne, il n’a pas été au bout de son ‘travail’, certains réflexes risquent de ne pas émerger ou de s’intégrer correctement. C’est d’ailleurs la première question posée en consultation : comment s’est déroulée la naissance ? », précise la praticienne en intégration des réflexes archaïques.

Elle explique également que lorsque les enfants ne passent pas par toutes les étapes motrices, certains réflexes ne sont pas intégrés. Les réflexes s’intègrent par la répétition de mouvements. Ainsi, « un enfant qui n’a pas marché à quatre pattes, par exemple, ne va probablement pas avoir assez travaillé certains réflexes : cette étape permet de poser, entre autres, les connexions au niveau des hémisphères droite et gauche, très important pour la latéralité, ainsi que la vision binoculaire et l’accommodation visuelle entre près et loin, typiquement des aptitudes dont il aura besoin, par exemple, pour recopier du tableau vers sa feuille. Également, en avançant à quatre pattes, le bébé regarde par alternance sa main gauche puis sa main droite, il travaille alors sa poursuite oculaire, nécessaire au moment de l’apprentissage de la lecture.»

 

Florence Giorgio a ainsi une dizaine d’exemples de réflexes non intégrés qui causent des problèmes d’apprentissage de la lecture, de recopiage, de motricité fine, d’énurésie, d’hyperactivité, de phobies, de confiance en soi, ou qui ont pour conséquences de mâchouiller ses stylos, détester le contact des étiquettes des vêtements, enrouler ses pieds autour des chaises …

 

Comment mettre en place la méthode des réflexes archaïques ?

 

La méthode qui travaille sur ces réflexes archaïques mise en place dans les années 80, grâce au médecin suédois Harald Blomberg dans plusieurs pays, ne se développe vraiment en France que depuis environ 5 ans. Lorsque des troubles sont décelés à l’école, les enfants sont souvent envoyés chez un psychomotricien, orthophoniste ou orthoptiste, alors qu’une thérapie utilisant la méthode des réflexes archaïques est un travail en amont, complémentaire.

 

« La première séance commence toujours par un bilan des réflexes afin de comprendre l’historique et les blocages, expose la co-fondatrice de l’Atelier des apprentissages. Après le compte-rendu, on commence à travailler avec l’accord de l’enfant. Selon les troubles, on agit sur le visuel, les sons, l’organisation corporelle, puis on explique des mouvements simples destinés à l’intégration précise d’un réflexe. Simples, rythmés, ils doivent être répétés à la maison, cinq minutes par jour, tous les jours. Et ce pendant trois semaines environ, jusqu’à la séance suivante où on peut passer à un autre réflexe, le cas échéant ». En effet, comme les réflexes sont liés les uns aux autres, un bilan révèle potentiellement que plusieurs ne sont pas intégrés. Pour cette même raison, le travail sur un réflexe pourra permettre de faire maturer ou intégrer les suivants.

 

Si jusqu’à 3 ans, les consultations ont surtout une visée préventive, au-delà les résultats sont souvent spectaculaires, et probants même chez les adultes. D’ailleurs, des séances auprès de séniors qui connaissent des troubles de l’équilibre, de la coordination, des pertes de mémoire ou de la motricité fine, permettent de récupérer certaines facultés.

Trouver de l'accompagnement près de chez vous

 

Pour trouver un spécialiste près de chez vous, le mieux est de consulter les annuaires répertoriés par les centres de formation reconnus, tels que : L’Atelier des apprentissages (www.atelier-des-apprentissages.com), réseau qui regroupe une vingtaine de praticiennes en France et à l’étranger ; Arc-en-flex (www.arc-en-flex.fr) et le site français BMRT du Dr Bloomberg (www.blomberg-rmt.ovh).

 

L'atelier des Apprentissages met également à disposition des écoles et des parents un document qui permet d'identifier les différents réflexes archaïques : à télécharger ici !

 

Visiter le site de Magic Maman, par ici


Autres articles

 

Novembre 2020

La motricité fine, qu'est ce que c'est ? 

Acquisition, étapes et prévention chez l'enfant.Comment évaluer si mon enfant présente un retard dans le développement de sa motricité fine ?

 

Décembre 2020

La réflexe tonique asymétrique du cou

Focus sur le réflexe qui contribue à l'autonomie et l'estime de soi dans ses apprentissages cognitifs, moteurs et émotionnels.

Octobre 2020

Le réflexe de reptation

Vers l'autonomie de l'enfant avec le réflexe de reptation dès la naissance.

© 2022 L'Atelier des Apprentissages